Menu
Nos prestations vous intéressent ? Demandez un devis personnalisé
via notre formulaire.

Demandez votre devis

15 ans d'expérience de conseil
25 ans d’expérience de commissariat aux comptes
Des prix adaptés
à votre budget
Des collaborateurs
disponibles et réactifs
Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Ces start-up qui ont « pivoté » avec la crise Ces start-up qui ont pivoté avec la crise

Ces start-up qui ont « pivoté » avec la crise Ces start-up qui ont pivoté avec la crise

Le 08 août 2020
"Ces start-up qui ont « pivoté » pendant la crise Les jeunes pousses n'ont pas hésité à adapter leur modèle pour résister à la crise du coronavirus. Des « pivots » temporaires qui ont parfois vocation à être pérennisés. Selon une étude de Station F, 29 %…

Christophe Guyot-Sionnest conseil juridique, conseil en droit fiscal, conseil en droit social, conseil en gestion, conseil financier et en recherche de financement, conseil en organisation, conseil en stratégie, expert-comptable, commissaire aux comptes depuis 1990 MOB +33667399676 BUR +33146447566 mail contact@conseil-cac.com site web conseil-cac.com.

"Ces start-up qui ont « pivoté » pendant la crise
Les jeunes pousses n'ont pas hésité à adapter leur modèle pour résister à la crise du coronavirus. Des « pivots » temporaires qui ont parfois vocation à être pérennisés.

Selon une étude de Station F, 29 % des start-up européennes ont modifié leur manière d'aborder le marché, 24 % ont lancé une nouvelle offre et 18 % ont choisi de pivoter. (iStock)

Par Camille Wong Publié le 23 juin 2020 à 15h36 Mis à jour le 23 juin 2020 à 15h56 via my.arturin.com linkedIn facebook.

Touchées, mais pas coulées. «Il y a eu une forte résilience de la part des start-up», indique Agathe Wautier, à la tête du Galion Project, un think tank qui fédère quelque 300 entrepreneurs. Ces trois derniers mois, la French Tech a prouvé son agilité. Et parfois à toute vitesse. «Il a fallu monter une nouvelle offre en 48 heures», témoigne Charles-Edouard Vincent, le fondateur de Lulu dans ma rue, un réseau de conciergerie à Paris, où des microentrepreneurs souvent éloignés de l'emploi rendent des services aux habitants d'un quartier : ménage, bricolage, aide à domicile…

Avec le confinement, la jeune pousse a dû cesser ses activités du jour au lendemain. A la demande de la Ville de Paris, elle s'est mise à proposer des services de livraison de courses et de médicaments aux plus vulnérables. «On faisait face à des situations dramatiques, avec des personnes âgées qui ne mangeaient qu'une fois par jour parce qu'elles ne pouvaient plus sortir de chez elles», explique l'entrepreneur. Le dispositif, financé par la Ville, est prévu jusqu'en septembre, mais la start-up sous statut d'entreprise solidaire n'exclut pas de le prolonger. «C'est un marché qui est mal adressé. Cette crise nous a permis d'embrayer sur des cas concrets et de nous tester», poursuit Charles-Edouard Vincent, qui n'a pas gagné d'argent sur cette opération en raison des coûts mobilisés.

Réfléchir à la suite

Avec la crise, les start-up se sont retrouvées dans trois configurations : soit une accélération de l'activité (notamment dans l'alimentaire et l'éducation) ; soit un ralentissement ou une mise en veille de l'activité, amenant nombre de structures à laisser passer la vague en donnant accès gratuitement à leur service - pour la (bonne) cause ; soit, enfin, une rupture brutale dans l'activité, mettant l'entreprise en danger de mort. La licorne BlaBlaCar se situe dans la deuxième catégorie : ayant vu son service de covoiturage mis à l'arrêt durant le confinement, elle a rapidement proposé « BlaBlaHelp », un service gratuit de soutien entre particuliers pour faire des courses. «On s'interroge désormais quant à la pérennisation de ce service. Auquel cas, on ne pourra plus éviter la question du modèle économique, indique Frédéric Mazzella, fondateur de BlaBlaCar et coprésident de France Digitale. Tout projet lancé en période de crise doit se repenser lorsque la crise se poursuit ou se dissipe.»"

Alors pour toute demande de renseignements et pour toute mission de conseil juridique, conseil en droit fiscal, conseil en droit social, conseil en gestion, conseil financier et en recherche de financement, conseil en organisation, conseil en stratégie, expert-comptable, commissaire aux comptes, commissaire à la transformation, commissaire aux apports, commissaire à la fusion, commissaire « adhoc », appelez nous au 0667399676 ou au 0146447566, contactez nous sur l'adresse email contact@conseil-cac.com, demandez nous un devis sur notre site web conseil-cac.com.